Special characters and LinuxLes caractères spéciaux et Linux

Since I’m in Sweden, I sometime have to write some documents in Swedish, of course, the alphabet is a bit different than French one, there is the å, ä and ö letters in addition.

The problem with our AZERTY(fr) keyboard, which is non-ergonomic at all and don’t have any other characters than French ones, it’s not so easy to write something in Swedish. With Windows, there is the combination which doesn’t make any sens, as ALT+number you have to remember. With Linux, the solution is the compose key.

As its name says, the compose key is used to make compositions of letters, for example ů = o u   or   í = i ‘  It’s visual, and you don’t have to remember the code numbers, you just have to imagine which characters you may need to get a new one.

With gnome, you can go in Preferences → Keyboard → Layout → Compose Key Position and change this key.

You can also edit (or create) the .Xmodmap file in your home and add this line:

keycode 135 = Multi_key

Why 135? It’s the menu-key’s code on my keyboard (between Alt Gr & the right Ctrl).

If you don’t know the key-code, you can use Xev:

Xev

Then, press on your keyboard, every time you press one, informations about theses are returned:

You have to use this « keycode » on the .Xmodmap file.

To use this file, it’s easy, just use this in a terminal:

xmodmap ~/.Xmodmap

That’s all! Now you can make nice sentences with special characters by using the compose key + combinations!

Skål!

Depuis que je suis en suède, il m’arrive de devoir écrire quelques documents en suédois, bien sur l’alphabet suédois est légèrement différent du Français, il comporte les lettres å, ä, et ö en plus.

Le problème est qu’avec notre bon vieux clavier AZERTY pas ergonomique pour un sous et dénué de tout caractères autres que français, il n’est pas évident d’écrire en Suédois avec. Sous Windows, il y a les combinaisons qui ne veulent rien dire, du type ALT+nombre qu’il faut retenir. Sous linux, la solution, c’est la touche « compose ».

Comme son nom l’indique, la touche compose permet de faire des compositions de lettres, du type ‘œ = o e’, ‘ů = o u’ ou encore í = i ‘
C’est assez visuel, et ne demande pas de retenir de numéros, simplement imaginer de quels caractères on a besoin pour en faire un nouveau.

Sous gnome, il est possible d’aller dans Preferences → Keyboard → Layout → Compose Key Position et de changer cette touche.

Sinon, vous pouvez aussi éditer (ou créer) le fichier .Xmodmap dans votre home et y ajouter la ligne suivante:

keycode 135 = Multi_key

Pourquoi 135? C’est le code de la touche menu sur mon clavier (entre Alt Gr et Ctrl de droite).
Si vous ne connaissez pas le code de la touche voulue, vous pouvez utiliser Xev:

Xev

Vous tapez ensuite sur votre clavier, à chaque touche pressée, des informations sur ces touches sont renvoyés:

C’est donc ce « keycode » que vous avez à remplacer dans le .Xmodmap.

Pour utiliser ce fichier, rien de plus simple, tapez juste dans un terminal:

xmodmap ~/.Xmodmap

Voilà! Maintenant, vous pouvez faire des belles phrases en utilisant la touche compose + les combinaisons!

Skål!

New look on my laptopNouvelle interface

A small post, different as the other because it’s not about my Sweden trip but it’s about this thing because of some common people call me « geek »: Linux, particulary its graphical interface.

I just leave Gnome, too heavy, too much time to load and not exactly as I wanted, too much files on the desktop. So I installed OpenBox and I am glad!

I you would like try something more light (for performances or visual light) you could install OpenBox:

sudo apt-get install openbox obmenu obconf

After, it’s up to you to customise your workspace as you wish!

Here is the list of the softs I use with my new openbox desktop:

nitrogen for the wallpaper

– adeskbar for the dock (a python written dock really light and fast, easy to setup, without the eyecandy effects of cairo-dock or other in the same category)

tint2 for the systray and windows (customisable, lightweight: match exactly with Openbox)

conky everyone know this one 🙂 for the systems informations on the desktop

parcellite, paste manager (very usefull and smart if you enjoy the ctrl-c ctrl-v )

redshift, for your eyes, it adjusts the color temperature of your screen according to your surroundings.(thank’s Luc !)

Here is my autostart file that you could modify for your config!

My new interface

Un petit post différent des autres car celui-ci ne traite pas de la Suède mais d’un truc qui me vaut l’appelation de Geek par le commun des mortel: Linux et plus particulièrement l’interface graphique de celui-ci.

J’ai laissé tombé l’interface Gnome, trop longue à charger, trop lourde et pas exactement comme je voulais, trop de bazar sur le bureau. Je suis passé à OpenBox et je suis ravis!

Si vous aussi vous voulez passer à quelque chose de plus leger (par soucis de performances, ou de légerté visuelle) vous pouvez installer openbox:

sudo apt-get install openbox obmenu obconf

Après, libre a vous de personaliser votre environnement de travail avec ce que vous voulez!

Voici la liste des programmes que j’utilise avec mon openbox fraichement installé:

nitrogen pour le wallpaper

– adeskbar pour le dock (un dock écrit en python vraiment leger et rapide à mettre en place, sans tout les effets eyecandy de cairo-dock ou autres du genre)

tint2 pour la barre de notifications/fenêtres (personnalisable, léger et sobre: correspond parfaitement à l’esprit Openbox)

conky je dois vraiment le présenter celui-là? 🙂 pour afficher les infos sur le bureau

parcellite, un gestionnaire de presse papier (vraiment très pratique pour s’y retrouver lorsqu’on est adepte du ctrl-c ctrl-v )

redshift, pour que vos yeux vous remercient si vous bossez souvent et longtemps sur un écran! (merci Luc pour la découverte!)

Voici mon fichier autostart que vous pourrez, bien entendu modifier selon votre config!

Ma nouvelle interface

Fermer une session SSH sans tuer les processus


Do you ever wanted to download somethings, start the encode of the latest video of the brides of the sister-in-law of your brother’s friend, on a distant computer? Or juste keep you’r work on this computer, without keep an opened terminal with the active SSH session?

If you don’t know « Screen » on linux, let’s go! 😀

Screen is a windows manager in text mode for you, geek friends, followers of the term! 😛

To keep process without kill them when you shut your SSH connection out, it’s easy:

You just have to log on your distant machine:

ssh user@machine

Next, launch screen:

screen

You can now do what you want on your machine: wget, torrent, encode, etc…

When you want to log of, just ctrl+A then d (to « drop » the window).

You can so exit the shell:

exit

You can now return to your occupations and habbits 🙂

When you want to return back on the distant computer to see what’s happen now, you have to relog on as previously and type:

screen -r -d

It’s not complicated et mostly cool!
Ne vous est-il jamais arrivé de vouloir lancer un téléchargement, lancer l’encodage de la dernière vidéo du mariage de la belle soeur d’un ami de votre petit frère, et tout ça sur machine distante? Ou tout simplement garder le travail en cours sur cette même machine et ceci, sans avoir à garder un terminal ouvert avec la session SSH active?

Si vous ne connaissez pas encore « Screen » il est temps de s’y mettre! 😀

Screen est un gestionnaire de fenêtres en mode texte pour vous autres amis geeks, adeptes du terminal!

Pour conserver les processus sans les tuer lors de la fermeture de la connection SSH, c’est simple:

Il faut se loguer en SSH sur la machine distante (logique!)

ssh user@machine

Puis lancer screen:

screen

C’est à ce moment qu’on fait ce pour quoi on s’est connecté sur la machine : wget, torrent, encodage, etc…

Lorsque l’on veut se déconnecter, on fait un ctrl+A puis d (pour « détacher » la fenêtre.

Puis on peut quitter le shell:

exit

Vous pouvez maintenant retourner à vos occupations habituelles 🙂

Au moment ou vous voulez retourner voir ou ça en est sur la machine, il faut se reconnecter de la même manière que précédemment et taper:

screen -r -d

En gros, c’est pas bien compliqué et plutôt pratique!